A propos de l’artiste

Artiste plasticienne et bijoutière contemporaine, je conçois le bijou de corps avec les yeux de l’infirmière que j’ai été avant d’approcher le monde de l’art. A mi-chemin entre objet d’art, bijou et « wearable art », mes créations s’articulent souvent autour des thèmes de la santé, de la maladie, des sentiments et du vécu. Un leitmotiv médical dont je pousse le concept jusque dans les scénographies que j’imagine, et même le choix de mes modèles, qui ont toujours un lien particulier face à la maladie.
Ainsi, je m’efforce de rendre visibles et palpables les émotions et ressentis que le soignant peut avoir du mal à matérialiser auprès de ses patients : de la peur à la colère, de la douleur à la tristesse, du doute à l’espoir.
A travers mon art, je panse et compense les rares moments qui nous sont alloués à l’hôpital pour les soins relationnels. Exutoire à ma frustration passée ou à celle de mes patients, je ne me suis finalement rarement sentie aussi proche d’eux qu’à travers mes créations. Mes pièces sont le reflet de tous ces corps et cœurs meurtris, et il y a, dans chacune d’elles, toujours un fragment de leur histoire, de leur âme.

Art thérapeute contemporaine, je m’exprime pour panser les blessures, les miennes, les leurs, les vôtres.

Mon approche scientifique me pousse à baser mon processus de création sur l’expérimentation, la validation d’une hypothèse à travers un protocole – non plus médical mais artistique – et en l’obtention de données nouvelles, plus qualitatives que quantitatives, à l’instar de Claude Bernard ou encore Benjamin Franklin. Cette méthodologie me permet d’appréhender au mieux le choix de la matière pour mes créations. Qu’il s’agisse de métal, de lichen, d’épines de porc épic ou encore de ferrofluide, rien n’est laissé au hasard, et chacun de mes matériaux est pour moi intrinsèquement lié à l’émotion qu’il en dégage.

Artiste médicale ou chirurgienne poète, je dissèque métaphoriquement la maladie, le corps meurtri devient ma toile, et la matière mon pansement.


English text

Graduated of an AFEDAP certification (Paris, France) in 2016, I observe the jewel as the former nurse I used to be before approaching the world of jewellery. My creations, in between art objects and jewels, are often articulated around the themes of health, disease, emotions and experiences. Thus, I extend this concept to the scenography of my pieces and the choice of my models.

Therefore, my aim is to materialize the emotions and feelings that the healer may difficultly exteriorize to his patients, from fear to anger, from pain to sadness, from doubt to hope.

My art compensates for the few moments we can obtain at the hospital for a medical care based on a relationship with the patient.  I never felt so close to them than through my creations, which are a relief from my past frustration or my patient’s ones.

My pieces are the reflection of all these injured bodies and hearts, and there is, in every one of them, always a fragment of their personal history, of their soul.

Contemporary art therapist, I express myself to cover wounds, mine, theirs, and yours.

My scientific approach encourages me to base my creational process on experimentation, validation of a hypothesis through a – not medical anymore, but artistic – protocol, and reception of new data, more qualitative than quantitative, at the image of Claude Bernard or Benjamin Franklin. 

My scientific approach encourages me to experiment even more and to use all types of materials: from metal to lichen, through epic porcine spines, plastic or ferrofluid

Medical artist or poetic surgeon, I metaphorically dissect the disease. The wounded body becomes my canvas, the materials my plaster.